En mode rétro, côté déco

Modern findings

Le rétro ne se démode pas.

Côté déco et design, la référence au passé a toujours la cote, mais pas n’importe quel passé. Quand on parle « rétro », on se réfère aux trente glorieuses ce qui équivaut à l’après-guerre jusque dans les années 70. On essaie bien de lancer la tendance « années 80 », mais en dehors du vestimentaire et du « top 50 », ça ne prend pas vraiment. Pour le reste, on fait des incursions dans les années 30 pour le mobilier industriel, les vieux placards de cuisine aux formes arrondies, les fauteuils art déco.

Je ne vous ferai pas une analyse de cette tendance, car il me faudrait consacrer un blog entier à cette thématique. En effet, il ne cesse de tomber des nouveautés « rétro » que ce soit des ré-éditions de meubles, de tissus, papiers-peints et que sais-je encore, des ré-interprétations d’électroménager, de mobilier, la création d’une énième boutique d’objets « vintage » ou encore de l’ouverture d’un lieu -forcément tendance- à la déco « rétro ». Et je ne parle pas des reportages photos d’intérieurs à la touche « rétro », des salons du « vintage », des expositions sur cette période, des livres…

Moi, j’aime bien cette tendance, je n’en fais pas une overdose. Je suis peut-être comme beaucoup d’entre nous, j’aime me référer à cette période où les femmes n’avaient pas encore un « vrai » statut (faut pas l’oublier), où il n’y avait pas de crises économiques (juste un pays à reconstruire avec pas mal de soucis d’approvisionnement, surtout après guerre), mais où tout semblait possible. Il y avait sans doute un air d’insouciance, une croyance dans la modernité et de l’espoir dans l’avenir. Ce qu’on a un peu perdu aujourd’hui.

Mais est-ce que c’est pour cela qu’on aime les objets rétro ?

En fait non, je pense qu’on aime les objets à l’aspect rétro, car ils vont bien dans nos intérieurs d’aujourd’hui. Ils apportent une touche de chaleur dans les intérieurs très contemporains ou au contraire, un petit côté moderne dans un intérieur ancien. Ils sont souvent plein de peps. Ils ont des lignes qui en général, se marient bien avec tous les styles. Ils ont aussi ce petit côté nostalgique, même si pour la grande majorité de ceux qui s’y réfèrent aujourd’hui, il s’agit d’un temps que nous n’avons pas connu, mais il rappelle les intérieurs de nos grands-parents ou de vieux films.

(Première photo : Modern findings)

Young Homemakers - March 1956Sneak-peek Steve Soria

En même temps, avons-nous d’une déco telle qu’elle était dans les années 50 ou 60 ou 70 ?

Pas vraiment, on réinterprète. A gauche, une photo d’un salon en 1956, à droite un intérieur d’aujourd’hui (Sneak peek Steve Soria via designsponge.com). Je trouvais amusant de faire le parallèle de l’interprétation du canapé d’angle moutarde.

D’autres ré-inventent le décor des années 50 comme cet intérieur ci-dessous. Il reprend les codes sans tomber dans la reconstitution. Sur le compte Flickr du couple, plein de trouvailles d’époque, très fifties et le reste de leur appartement.

Atomic flat

Atomic flatAtomic flat

via plastolux.com – Photo : Bård Jørgensen

Dans la version ci-dessous, nous sommes plus dans une référence au matériau bois, très présent dans les années 50. Mais pour une ambiance rétro, on pourra miser aussi sur les associations de couleur : turquoise+vert, orange+marron, jaune moutarde+vert mousse, par exemple, ou des matériaux comme le formica, le plastique, les matériaux reconstitués comme l’aggloméré…

Cichero House

Cichero House

L’intérieur de Rebekah Cichero et sa famille, via thedesignfiles.net – Photo : Jacqui Way

Il y a les collectionneurs qui exposent dans leurs intérieurs souvent blancs et immenses, leur incroyable collection d’oeuvres d’art contemporain et de meubles signés, et hors de portée [en tout cas de la mienne], comme l’appartement parisien de la designer Caroline Wiart et de son mari Patrice Galiana (Photo Romain Ricard).

Caroline Wiart and Patrice Galiana Interior

Caroline Wiart and Patrice Galiana Interior Caroline Wiart and Patrice Galiana Interior

La version colorée selon Florence Lopez.

Assez peu connue du grand public, elle a pourtant collaboré avec les plus grands. A la fois décoratrice d’intérieur, antiquaire et éditrice de mobilier, elle expose les objets qu’elle chine dans son appartement galerie à Saint Germain des Prés où elle vit et où tout est à vendre.
Tous les deux ans, elle refait intégralement la scénographie du lieu en choisissant une ambiance en fonction des meubles qu’elle a dénichés. Et elle a présenté dans le dernier AD magazine sa nouvelle version (Photo : Jean François Jaussaud).

florence_lopez_appartement_show_room.jpg

D’autres qui s’offrent quelques belles pièces pour une version plus familiale.

Sneak peek Nicholas Santore and Valerie Ferus.Sneak peek Nicholas Santore and Valerie Ferus.

Sneak peek Nicholas Santore et Valerie Ferus via designsponge.com

Et si vous êtes plutôt comme moi, vous aimerez chiner, transformer ou acquérir une ré-édition, et mixer le tout avec des objets actuels comme celui de la styliste de mode Emma François, créatrice de la marque Sessun, dont j’adore la maison de Marseilles.

Emma François intérieur Marseilles

Emma François intérieur MarseillesEmma François intérieur Marseilles

Emma François intérieur Marseilles

Source : marieclairemaison.com – photo : Julien Oppenheim


  1. Un voyage dans le temps pourtant tellement actuel.

SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM

@turbulencesdeco