Karen Barbé, aux petits points

Le travail de Karen Barbé a quelque chose de désuet. Je ne vous cache pas qu’au premier abord j’ai trouvé ses créations assez ringardes et que j’ai hésité à en parler sur mon blog, bien qu’elle fasse l’objet de beaucoup d’attention en ce moment. On la retrouvait en effet dans Milk magazine, Frankie magazine, 101 woonideeën…

Je reconnais que ses créations sont jolies, ses mises en scène réussies… mais voilà ce qui me dérange, c’est qu’elle reprend les clichés de la mère au foyer (typiquement l’image ci-dessus : le tablier, la manip et la casserole) et cela amplifié par le fait qu’elle utilise entre autre la technique de la broderie, activité féminine si il en est.

Mais comme souvent, il faut voir plus loin, son travail ne se résume pas à des tabliers au point de croix. Il y a une véritable recherche qui va au delà des sempiternelles abécédaires. Karen Barbé est designer textile à Santiago du Chili. Elle a un temps travaillé dans l’industrie de la mode avant créer sa propre marque de textiles sous le nom Karen Barbé textilería.

Le textile est son domaine. Cela lui vient sans doute de sa mère, dont elle se souvient déjà brodant, tricotant, cousant, accumulant fils et tissus. Du coup, elle n’a jamais cessé d’explorer l’art du fil en s’inspirant de l’artisanat traditionnel et du folklore local. Et dans ses explorations : place à la modernité, elle bosse avant tout sur son écran d’ordi pour tester ses motifs, des textures… et tient un joli blog où j’ai déniché toutes ses beaux clichés.

… and now in « fr-anglais », please !

Karen Barbé’s work has something old-fashioned. I don’t hide you that at first sight, I think her creations are rather square, so I hesitated to speak about her on my blog, although she is the object of a lot of attention at the moment. We indeed found her in Milk magazine, Frankie magazine, 101 woonideeën…

I recognize that her creations are attractive, her successful styling, but what I disturb me, is that she takes back the clichés of the housewife (typically the image above: the apron, the manip and the pan) and it amplified by the fact that she uses among others the embroidery technique, the feminine activity if it is there.

But as often, it is necessary to see farther, her work doesn’t amount to aprons in the cross stitch. There is a real research which goes beyond perpetual alphabet primers. Karen Barbé is textile designer in Santiago de Chile. She has a time worked in fashion industry before creating her own textiles brand under the name Karen Barbé textilería.

The textile is her domain. It doubtless comes to her from her mother, whom she already remembers embroidering, knitting, sewing, accumulating threads and fabrics. As a result, she has never stopped exploring the art of thread. She inspired by the traditional crafts and the local folklore. And in her explorations : place in the modernity, she works above all on her computer screen to test her motives, textures… and holds an attractive blog where I found quite her beautiful clichés.

karen-barbe 02


  1. Le rendu est beau, c’est une bonne idée de cadeau de Noël en plus.

  2. Le rendu est beau, c’est une bonne idée de cadeau de Noël en plus.

  3. Le rendu est beau, c’est une bonne idée de cadeau de Noël en plus.

SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM

@turbulencesdeco