La patience de la tisseuse Hermine Van dijck

Lorsque j’étais étudiante aux Beaux-Arts d’Angers, il y avait une section tapisserie. Je n’ai pas choisi cette option qui demande énormément de patience et de dextérité, mais j’ai toujours été attirée par le design textil. Quand j’ai découvert le travail de cette jeune artiste belge Hermine van Dijck, j’ai eu un gros coup de coeur à la fois pour ses travaux au crochet et pour ses tissages.

Hermine a commencé ses études à l’École des Arts de Gand, en Belgique, en 2009, avec une classe en design textile. Elle a découvert le métier à tisser et depuis ne l’a plus quitté. Elle utilise un mélange des fibres naturelles aux teintes soft et de temps en temps, elle les associe à du fil métallique.

Sur son blog le bien nommé Dagboek van Dagen, « journal des jours », elle nous fait partager sa vie simple avec de jolies mises en scène.

Le coin couture avec son mur d’inspiration, où elle « recueille des images, des couleurs, des choses qui me rappellent ce que je suis en train de faire en ce moment. »

« Le tissage est tout au sujet de surprises », explique la jeune artiste. « Parfois, juste un fil lurex peut faire toute la différence. »

Sources : herminevandijck.wordpress.com + flickr.com/photos/herminevirginievandijck/

via le blog Remodelista.com

Sources : Photo de Eefje de coninck, voir sa série sur Hermine van Dijk


SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM

@turbulencesdeco