[ Inspiration déco ] Sous l’influence du brutalisme

Sous l'influence du brutalisme | Mell Lawrence architects Concrete studio Austin

BRUT, BRUTAL, BRUTALISME, la matière brute n’a jamais eu autant la quotte.

Ne vous embêter, plus à cacher, poncer, lisser, aplanir, polir, ce qui est beau, c’est le brut de décoffrage, le rugueux. On est en plein dans la tendance wabi sabi, mais c’est pas exactement pareil. Le wabi sabi est un art de vie, le brutalisme, un style. Je sais bien que vous ne serez pas tous à me suivre sur cette pente, mais j’avais envie d’aller un peu plus loin pour comprendre ce goût que nous développons actuellement pour le béton et autres matériaux de chantier, et en général tout ce qui est brut. Cela ne vient pas de nul part.

Il y a sans doute cette influence du style industriel, factory. Il y a aussi le développement de la conscience verte avec un retour pour tout ce qui vient du terroir, ce qui a abouti au renouveau du style rustique, la pierre, le bois brut. Il y a aussi cette mode du « vintage », qui nous fait nous intéresser à l’architecture des années 50 / 60 où le béton a commencé à être vraiment utiliser à grande échelle et a vu naître le style dit BRUTALISME.

Sous l'influence du brutalisme | Mell Lawrence architects Concrete studio Austin

Mell Lawrence architects Concrete studio Austin

Certains vont me dire « Beurk, le béton« . Je préfère donc prendre les devant en vous rassurant tout de suite : je ne suis pas influencée par un quelconque lobbying, lié à la fabrication du béton. Je sais très bien que le béton n’est pas un matériau écologique. Cependant, il permet de construire la majorité des bâtiments qui nous entourent, partout dans le monde.

Sous l'influence du brutalisme | Appartment dans la Trellick Tower à Londres

Le brutalisme, c’est quoi ?

Le terme brutalisme désigne un style architectural d’origine anglo-saxon, issu du modernisme. L’expression fut très prisée dans l’après-guerre des années 50. Pour bien comprendre ce mouvement, il faut se replacer grossièrement dans le contexte : fin de la guerre, reconstruction, contexte économique difficile, influence des mouvements communistes au sein des milieux intellectuels…

On attribue l’origine de l’expression à l’architecte suédois Erik Gunnar Asplund qui l’employa pour se moquer des architectes, Peter Smithson, dit Brutus, et sa femme Alison, ainsi qu’à l’architecte suisse Le Corbusier. En effet, ce dernier parlait de béton »brut » en évoquant la Cité radieuse de Marseille (1952), lorsque le béton garde la marque des planches de bois qui ont servi au moulage.

Longtemps, l’architecture brutaliste a eu mauvaise presse. On l’a accusé de défigurer nos villes et paysages, et même de favoriser la violence sociale. On l’associait au bunker, aux villes défigurées de l’est, par l’architecture communiste. Mais voilà, le temps a passé et aujourd’hui, le brutalisme est tendance. Rien qu’à observer le hastag #brutalism 235 k publications sur instagram.

Les matériaux sont mis en valeur pour leur qualité intrinsèque, sans fard. Le brutalisme, c’est l’idée de retourner à la manifestation primitive de ce qu’une construction peut dire. Sa banalité, souligne le spécialiste, devient sa force d’expression.

Pour autant, a-t-on envie de vivre dans un quartier bétonné ? Non pas forcément.

Alors, le béton est-il un truc de snob ? Peut-être. Peut-être pas. En tout cas, si vous voulez développer votre sens critique, lisez cet article sur le nouvelobs : Architecture – le brutalisme des années 60 fait son grand retour.

Ce qui est certain, c’est que le béton est tendance et notre façon de le percevoir influe beaucoup sur la décoration d’intérieur en général. Il y a cet engouement pour les sols en béton ciré et toutes les patines « façon béton ». Et puis, il y a ce goût pour toutes les matériaux brutes et les matières naturelles, un certain penchant pour le mat, le rugueux, le patiné, le destroy.

Et maintenant, on visite des intérieurs très « brutalistes »

Vous me direz, si cela vous parle…

Sous l'influence du brutalisme | Appartment dans la Trellick Tower à Londres

01 | Un appartement dans la Trellick Tower, une tour de style brutaliste

La Trellick Tower n’a rien à envier aux meilleures tours Perret. Conçu par Ernő Goldfinger à la fin des années 1960, cette tour est désormais reconnue comme l’un des bâtiments modernistes les plus emblématiques de Londres. On visite l’appartement situé au sixième étage, de Gerard et Andres qui ont mis cinq minutes pour se décider. Pour l’aménagement intérieur, ils ont cherché à ouvrir l’espace [ classique ! ] et à donner une cohérence à la décoration d’intérieur. Ils ont ainsi opté pour la pose d’un parquet dans tout l’appartement. Leur autre choix a été de dépouiller l’espace pour exposer les cadres de portes en acier, les murs en béton et, dans certains endroits, le plafond.

Sous l'influence du brutalisme | Appartment dans la Trellick Tower à Londres

Sous l'influence du brutalisme | Appartment dans la Trellick Tower à Londres

La décoration intérieure est très influencée par l’espace. Nous voulions délibérément retirer le fond plat de ses matières premières et exposer les cadres de portes en acier, les murs de flanc en béton et, dans certains endroits, le plafond, pour célébrer le bâtiment.

Sous l'influence du brutalisme | Appartment dans la Trellick Tower à Londres

Sous l'influence du brutalisme | Appartment dans la Trellick Tower à Londres

themodernhouse.com – Photo : Elyse Kennedy

02 | Forest House, une maison de béton et de bois au cœur de la nature

La Forest House de Fearon Hay Architects est située près de la région d’Auckland en Nouvelle Zélande, au cœur de la forêt tropicale luxuriante, près d’un littoral pittoresque de plages de sable noir, balayées par le vent. La maison en bois et béton est en résonance avec l’environnement extérieur.

Forest House, une maison de béton et de bois au cœur de la nature par Fearon hay architectee - New Zeland

Forest House, une maison de béton et de bois au cœur de la nature par Fearon hay architectee - New Zeland

Forest House, une maison de béton et de bois au cœur de la nature par Fearon hay architectee - New ZelandForest House, une maison de béton et de bois au cœur de la nature par Fearon hay architectee - New Zeland
Fearon Hay – Photo : Simon Wilson et styling : Amelia Homes

03 | Une extension de style brutalisme pour cette maison des années 30

Cette maison individuelle de 1936, située à Gand (Belgique) a subi une reconversion complète. La volonté était d’apporter la lumière du jour dans la maison et en créant un lien avec le jardin. Le bureau d’architecte Qatar a donc imaginé une extension en béton brut et verre.

Il fallait un élément à la fois frappant et en même temps sans prétention, ce qu’offre le béton. Pour équilibrer le gris froid du béton, ils ont opté pour un « moulage » bois. L’interaction entre la simplicité du béton et la chaleur du bois donne l’extension un caractère intemporel. En plus de l’extension, un toit vert avec des fleurs sauvages a été créé.

Une extension de style brutalisme pour cette maison des années 30 par Qatar architecten

Une extension de style brutalisme pour cette maison des années 30 par Qatar architecten

Une extension de style brutalisme pour cette maison des années 30 par Qatar architecten

Une extension de style brutalisme pour cette maison des années 30 par Qatar architecten

Une extension de style brutalisme pour cette maison des années 30 par Qatar architectenUne extension de style brutalisme pour cette maison des années 30 par Qatar architecten

Une extension de style brutalisme pour cette maison des années 30 par Qatar architecten

qatarchitecten.be via archdaily.com – Photo : Luc Roymans

04 | Une maison de bord de mer en béton brut à la déco scandinave

A seulement 20 minutes de Stockholm, un jeune couple a demandé à l’architecte Arrhov Frick de leur construire une maison spectaculaire qui se démarque de la nature. En même temps, ils ont souhaité qu’elle soit ouverte au le paysage. Les architectes ont conçu un bâtiment de deux étages en béton et verre, qu’ils ont appelé Six walls house, parce qu’elle est constitués de six parois rigides en béton.

Six walls house à Nacka en Suède par Arhov Frick Architecte

Six walls house à Nacka en Suède par Arhov Frick Architecte

Six walls house à Nacka en Suède par Arhov Frick Architecte

Six walls house à Nacka en Suède par Arhov Frick ArchitecteSix walls house à Nacka en Suède par Arhov Frick Architecte

Six walls house à Nacka en Suède par Arhov Frick Architecte

Six walls house à Nacka en Suède par Arhov Frick Architecte

Six walls house à Nacka en Suède par Arhov Frick Architecte

arrhovfrick.se – Photo : Mikael olsson + bobedre.dk – Photo : Christian Schaulin

Alors, cela vous donne-t-il des envies de béton dans votre déco ?

Xo – Xo

  1. Julia

    14 juin

    J’apprécie énormément ce style, les tons associés, et donc cet article très informatif. Aspect rude, sobre et esthétique à la fois, que l’on peut égayer facilement si on le trouve trop austère.

  2. Bertille

    15 juin

    J’aime beaucoup aussi, le bois pour une fois, au sol ou au plafond, associé au béton retrouve toute sa « puissance d’évocation » il n’est plus de trop et n’importe quelle essence, traitement ou couleur vient tempérer l’aspect minéral du béton. On rajoute à cela des textiles ou d’autres matériaux bruts – dans ces univers le superflu doit s’éviter plus facilement – et l’ambiance peut se faire douce et compatible avec une vie quotidienne reposante. Amis du bric à brac, amoureux de l’accumulation, passer votre chemin je pense que les deux ne font pas bon ménage.

  3. On dirait un bunker bien aménagé, merci pour les sources d’inspiration, mais avec cette tendance on économise mieux car on n’a pas à acheter des papiers peints ou quoique ce soit pour les murs.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

INSTAGRAM
@turbulencesdeco
preloader