Fenêtres sur cours

small-apartment-living-room

Je ne sais pas pour vous, mais avec l’arrivée des beaux jours [dès la fin octobre, je pense déjà à l’été !], j’ai envie de profiter au maximum de cette période de l’année, et donc de vivre les fenêtres ouvertes.

Source image ci-dessus : insideout.com.au ⌋

La semaine dernière, j’évoquais mon obsession des fenêtres en acier noires [et non pas en alu !!? comme on me l’a fait gentiment remarquer] qui posent un décor, mais je suis loin d’être complètement fermée à d’autres possibilités de fenêtre. L’important pour moi (et je pense pour nous tous) est d’avoir des ouvertures pour laisser entrer la lumière naturelle, quitte à la filtrer si elle est trop forte avec des rideaux ou des brises soleil. Il y a une autre chose à laquelle j’apporte énormément d’importance est la vue si possible avec un peu de verdure. Je trouve qu’une belle vue devient un luxe pas à la portée de tout le monde, surtout en ville. Si j’étais urbanisme, j’exigerais qu’on mette des arbres, des jardins, des terrasses… Utopique ? Peut-être.

Une école rénovée à Harleem avec de belles ouvertures vers le jardin

Une école rénovée à Harleem avec de belles ouvertures vers le jardin

vtwonen.nl | Photo : Jansje Klazinga – Styling : Frans Uyterlinde

Il est certain que lorsque l’on a un bout de jardin, le défi est moins difficile au regard de cette magnifique maison de ville (si !), une ancienne école rénovée à Haarlem au Pays Bas. [Si cela vous inspire, vous pouvez relire aussi cet article qui évoquait Un jardin dans la ville].

Fabian Mürmann appartement à Berlin Kreuzberg

Maintenant de façon plus triviale, abordons le problème des ouverture vers l’extérieur, car vivre les fenêtres ouvertes n’est pas sans inconvénients. Si cela permet d’aérer nos intérieurs, et d’évacuer les pollutions internes, cela n’en fait pas moins pénétrer la chaleur et la pollution extérieur, soit le bruit, le pollen… et il n’est pas besoin d’habiter sous les Tropiques pour être harcelés par les moustiques, il suffit d’habiter à proximité d’une zone humide et chaude pour voir proliférer diverses bestioles volantes et envahissantes. La pose de moustiquaire, solution à laquelle nous ne sommes pas habitués dans nos contrées peut-être envisagée.
Et encore pour rêver cet aménagement par l’agence d’architectes DMesure dans les beaux quartiers de Paris.
Un appartement au ré-de-chaussé à Paris avec sa cour intérieure

Un appartement au ré-de-chaussé à Paris avec sa cour intérieure

ou encore cet appartement en ré-de-chaussée à Madrid avec son jardin luxuriant vertical conçu par le botaniste Patrick Blanc.

Un appartement a Madrid avec sa cour intérieure au mur végatalisé

Un appartement a Madrid avec sa cour intérieure au mur végatalisé

Un appartement a Madrid avec sa cour intérieure au mur végatalisé

AD revistaad.es – Photo : Manolo Yllera


  1. Sophia

    25 juin

    Waw! impressionnant et surtout inspirant!
    Merci pour le partage

  2. Oui, il m’a paru intéressant.

  3. Thierry

    17 juin

    Ce système que vous présentez a l’avantage d’être bien plus esthétique que la traditionnelle moustiquaire, et Dieu sait qu’elle est vitale en bordure de rivière !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM

@turbulencesdeco