Intérieur bohème : chez le couturier Alexandre Herchovitch

Cet appartement de grand standing situé à São Paulo m’évoque plus un vieux château poussièreux dont les habitants n’auraient pas l’argent pour le rénover.
Evidemment, rien de tout cela, cet penthouse se situe dans un quartier résidentiel chic de São Paulo. Le couturier chouchou des Brésiliennes Alexandre Herchovitch et son ami Fabio Souza occupent le dernier étage -seulement 700 m2- d’un immeuble  construit en 1957, avec une vue plongeante sur la mégalopole.

Le choix de la décoration est pour le moins surprenante au goût de la haute société brésilienne qui est très branchée minimaliste/contemporain (voir l’article sur l’architecte brésilien Guilherme Torres).

J’aime ces ambiances façonnées comme des décors de théâtre, où viennent se télescoper des objets vintage chinés, provenant de partout et de n’importe quelle époque : tapisseries anciennes, objets de curiosité, mobilier industriel, tableaux anciens, contemporains… Tout y passe et ça fonctionne.

« Nous n’avons pas besoin de produire de nouvelles choses… il y en a tellement sur le marché. Même si au Brésil personne ne pense comme nous. »

L’appartement n’avait pas subi de modification depuis sa construction, ils l’ont donc conservé dans son jus. C’est Fabio Souza, décorateur à ses débuts et désormais propriétaire de la boutique de mode vintage À La Garçonne qui a donné les grandes lignes directrices de la décoration : vous l’aurez compris, le recyclage. Les murs ont été laissés bruts après la dépose des papier-peints (voir l’article Pour une déco brute (partie I) : Laissez parler les murs et  Pour une déco brute (partie II) : Vieillir les sols).

Le truc que je trouve vraiment marrant est que ces deux personnages vivent dans ces 700 m2, un peu comme dans une bulle. Dans l’entretien accordé au journaliste pour AD magazine, ils avouent n’avoir donné que deux dîners. L’appartement sert de terrain de jeux à leurs trois chiens…

alexandre-herchcovitch-home 012

Source : AD Magazine n°112 Novembre 2012 – Photo Matthieu Salvaing et Texte Cédric Morisset.

+ Le très beau reportage sur theselby.com/galleries/alexandre-herchcovitch/


SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM

@turbulencesdeco