Le kitch en héritage

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres, un décor mélangeant classique et ambiance bohème

Cette luxueuse demeure ancestrale avec son jardin idyllique, était celle de la très douée décoratrice et styliste déco Marianne Cotterill. Je dis « était », car elle est à vendre sur le site Inigo. Je préfère être claire tout de suite avec vous : « J’adore, tout autant que je n’aime pas vraiment cet intérieur ». Pourtant, je vous montre quand même ce décor. Pourquoi ?

Il n’y a rien de bien contradictoire dans tout ça. Je crois qu’il est, en effet, naturel d’être attiré, parfois, par des choses qui ne nous correspondent pas, sinon la vie serait ennuyeuse, vous ne trouvez pas ? En fait, souvent, ce sont des intérieurs qui sont loin de mes aspirations qui m’inspirent le plus. Ok, ce n’est pas tout et n’importe quoi. Marianne Cotterill a du style, son style, et il est parfait dans son genre même s’il ne me ressemble pas. Peut-être saura-t-il séduire l’un d’entre vous ?

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez ?

Autres inspirations

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres et son jardin idyllique

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres, un décor mélangeant classique et ambiance bohème

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres, des boiseries peintes dans un bleu Klein

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres

Un décor classique qui ose le kitsch

La déco est particulière, un mélange de classique et de bohème. C’est très anglais. Il y a des meubles un peu rococo dont je ne suis pas fan, des papiers-peints que je n’aurais pas choisis. Il y a aussi des trucs que j’adore comme l’aménagement du jardin d’hiver, la façon dont elle mélange les provenances et les époques, son utilisation de la couleur et ses touches kitsch qui évitent à cet intérieur d’être trop ampoulé.

Ce n’est pas la première fois que j’explore cet intérieur. J’avais déjà écrit un article en Mapesbury road, chez la styliste anglaise Marianne Cotterill …2013. Cela commence à dater. Vous constaterez que la déco a évolué depuis, mais que le fond reste le même.

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres // Une incroyable véranda bohème

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres // Une incroyable véranda bohèmeLe kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres // Une incroyable véranda bohème

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres // Une cuisine au style éclectique et son mur vert pomme

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres // Une cuisine avec un sol en carreau de ciment

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres

Pourquoi ne pas chercher le bon gout et la perfection ?

Parce que le bon gout n’existe pas et que la perfection est difficilement à atteignable !

Plus sérieusement, chacun possède sa propre perception et conception du bon et du mauvais gout. Cela dépend de tellement de facteurs, comme notre éducation, notre vécu, l’endroit où l’on a grandi, notre rapport à l’argent, au monde… Je ne parle pas ici, de notre propre gout qui est encore un autre concept. Il y a des objets que l’on pourrait trouver affreux, mauvais genre, et que l’on adore et que l’on adopte. A contrario, il y a des intérieurs qui reflète le comble du chic et du luxueux, réalisé par des architectes d’intérieurs renommés… et que l’on trouve de très mauvais gout. Bref, à chacun, sa perception du bon gout, à chacun, son mauvais gout !

Quant à la perfection, elle est difficile atteignable, donc il ne sert à rien de courir après. Les intérieurs s’abiment toujours avec le temps. Dites-vous que l’imperfection crée toujours (ou presque) quelque chose d’intéressant.

C’est justement ce qui me plait dans cet intérieur. Il est loin d’être parfait. Marianne Cotterill ose sans complexe,  un tableau des années 60 que beaucoup trouverait d’un kitsch absolu, la contradiction des couleurs, les ambiances boho… En même temps, le décor de cet intérieur historique n’est pas annihilé, il est un peu bousculé, et c’est ce qui le rend intéressant et vivant.

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres

Le kitch en héritage - L'intérieur de Marianne Cotterill à Londres

N’hésiter pas à partager, épingler, ou à me laisser un commentaire,
même court, ça fait toujours plaisir, on sait qu’on est lu !
Merci d’avance.


  1. lizagrece

    21 novembre

    J’aime bien les mélanges et les meubles kitsch qui ne se prennent pas au sérieux … Suffit comme ici de les allier avec des tissus et un décor contemporain . Chez moi j’ai des canapés et fauteuils année 30 en tissu ciel et je les ai recouvert de tissu africain [wax]

  2. Fabienne

    19 novembre

    Personnellement plus j’affine mes goûts déco plus j’apprécie ce style de décor, tellement personnel, gai et vivant, et en effet… libre essentiellement. Je n’apprécie pas tout mais l’ensemble est parfaitement cohérent dans son genre hétéroclite : un tour de force ! Le bon goût me semble de plus en plus ennuyeux. Le kitsch n’est pas forcément dénué de chic s’il est amené avec esprit, humour et autodérision. J’apprécie ici particulièrement le talent de coloriste. Merci Clémence de nous faire partager des univers à mille lieues du chic aseptisé et uniformisé. Le mauvais goût peut aussi découler de la banalité, mais cet avis n’engage que moi 🙂

  3. Jeanne

    15 novembre

    Wouahouh !
    Je crois que ce qui me plait c’est qu’on sent le plaisir et la liberté de se créer qqchose d’unique. Merci !

    • Clémence

      17 novembre

      Bonjour Jeanne,
      Merci pour le commentaire.
      Liberté ! Ne pas se prendre la tête ! J’aime bien ce concept.
      Bonne journée,

      Clémence

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM

@turbulencesdeco