Envie d'un tissage mural dans ma déco

Un tissage mural dans ma déco || Louise et Graeme Bell home via thedesignfiles

Ça y est, je l’avoue, je n’ai pas pu résister à la tendance du tissage. Après le crochet, la broderie, je me lance. C’est mon côté « Mémère qui tricote au coin du feu », mais j’assume complètement et même je revendique. Je suis désormais rassurée, aujourd’hui, c’est devenu une activité branchée, synonyme de coolitude.

J’ai surtout très envie d’un tissage mural au-dessus de mon lit, parce que je trouve cela très jolie et que je préfère le faire moi-même, parce que c’est plus sympa.

J’ai toujours eu un feeling avec le travail de la fibre et ce bien, avant la déferlante Macramé, tissage, broderie, tissage, tricot… Déjà aux Beaux Arts, j’admirais des artistes comme Annette Messager, Louise Bourgeois, Kiki Smith et tant d’autres qui ont introduit le travail de la fibre et du fil dans leurs créations artistiques. Il y avait derrière une revendication et une dénonciation de la position sociale de la femme qui raccommode, rapièce, coud. Parce que ces activités leur étaient déléguées dans la bulle familiale, ces artistes en ont fait des œuvres parfois trash, catharsis de leur statut de femme malmenée.

Aujourd’hui, d’autres artistes utilisent ce médium, mais dans une autre logique. Elles s’approprient les techniques de la fibre comme un médium comme un autre pour faire passer des messages sociaux et engagés, féministes, écologiques ou encore politiques.

Un tissage mural dans ma déco || Lauren Ross living-room via thedesignsponge

designsponge.com – Photo : Joe Tighe

Et nous dans tout cela ?

Nous ne sommes pas des artistes, il s’agit juste de pratiquer une activité gratifiante. Ces travaux d’aiguille demandent beaucoup de patience, permettent de se rassembler en atelier et de partager entre « filles » [ En général, ce type d’atelier n’est pas couru par la gente masculine. ], de libérer notre créativité dormante, et personnellement, cela m’aide à me vider la tête. C’est tout simplement  la satisfaction de faire et le plaisir d’exposer son tissage mural en prime.

Que des points positifs quand on y pense.

Un tissage mural dans ma déco || Louise et Graeme Bell home via thedesignfiles

thedesignfiles.net – Photo : Lucy Feagins (image en une également)

D’où ça vient cet engouement du tissage mural ?

Ce n’est pas un scoop, ce renouveau du tissage mural nous vient tout droit de la côte Ouest des Etats Unis, de la Californie plus exactement. La déferlante est [ enfin ] arrivée en France. Les ateliers se multiplient à droite à gauche.

Mais est-ce que cela avait vraiment disparu ?
Quand j’ai dit que j’allais me mettre au tissage, ma belle mère a poussé des hauts cris en me disant que j’aurais dû lui demander avant d’investir dans un cadre à tisser. Elle avait conservé le sien au grenier. Peut-être, la grande différence entre elle et moi, c’est ce renouveau de toutes ces techniques qui les ont sortis de l’univers ringard où elles étaient jusqu’à présent cantonnées.

De nombreuses femmes entre artistes et artisans ont renouvelé l’approche du tissage ou de la technique du macramé en réalisant des tissages en 3D, en utilisant des coloris tendance, en s’inspirant des motifs actuels et en explorant des textures et des matières inattendues.

Cependant, pas sûre que nous soyons toutes aussi douées que Mimi Jung et Marianne Moodie, ce n’est peut-être pas l’objectif. Il reste le plaisir de faire en s’inspirant de ce renouveau et sinon, Etsy regorge de propositions alléchantes.

Côté déco : Comment j’adopte un tissage mural chez moi ?

C’est toujours un peu pareil. On n’aime ou on n’aime pas. Si on aime, il y a de grande chance qu’il faille négocier avec Monsieur 😁. Ensuite, l’idée est que point trop n’en faut : un tissage par pièce, voire deux au grand maximum sous peine de voire son intérieur ressembler à un repère de hippie. Il vaut mieux changé régulièrement de tissage.

Personnellement, j’ai très envie de mettre un tissage mural au dessus de mon lit dans un esprit bohème minimal.

Je vous propose de vous inspirer de ces quelques exemples…

Un tissage mural dans ma déco || William Drew interior

insideout.com.au – Photo : Felix Forest et styling : Claire Delmar

Un tissage mural dans ma déco || Emma François maison à Marseilles

Milk Décoration – Photo :  Photos : Vincent Leroux – Style : Julie Boucherat

Un tissage mural dans ma déco || L'intérieur d'Ineke Hutter and family via thedesignfiles

thedesignfiles.net – Photo : Annette O’Brien

Un tissage mural dans ma déco || L'intérieur de CarolineKim via thedesignsponge

designsponge.com – Photo : Camilo Fuentealba

Un tissage mural dans ma déco || Sara Thomas interior via theselby

Un tissage mural dans ma déco || Sara Thomas interior via theselby

Un tissage mural dans ma déco || Sara Thomas interior via theselby

Un tissage mural dans ma déco || Southern California home-tour via cupofjo

cupofjo.com – Photo : Jamie Street

Un tissage mural dans ma déco || Maryanne Moody Brooklyn interior via thedesignfiles

thedesignfiles.net – Photo : Eve Wilson

Alors, cela vous tente ? Certaines vont sans doute me dire que c’est déjà passé, trop vu… Sans doute. Il paraît que notre prochain dada, c’est la céramique.

Dans un prochain épisode, pour les accrocs, je vous proposerai un tour des grandes prêtresses du tissage mural. A suivre donc.


  1. Francine

    15 avril

    Tout à fait d’accord avec Elisabeth ! Je rajouterai une autre remarque. Vous dites « je préfère le faire moi-même » mais vous ne montrez que de belles photos de travaux réalisés par d’autres personnes. Où est votre réalisation ?

  2. Oulala… quel long message. J’avoue avoir un peu calée à la lecture, mais je comprends ce que vous voulez dire.
    « Quand je dis me voilà rassurée… » c’est un peu ironique, une façon de parler. Je vous rassure, je n’ai jamais attendu personne pour faire ce que j’avais envie niveau créativité et je faisais déjà du canevas, de la broderie (alors que ce n’était pas du tout tendance !), il y a 20 ans !
    Ça ne se sent peut-être pas, mas je reste assez critique sur toutes les tendances, je les accompagne certes et essaie de plaire (sinon pas de lectorat). En fait tout cela m’amuse. Pour moi, il faut que cela reste assez léger (le monde, le quotidien est assez « pourri » autour de nous, j’en ai bien conscience.) et je ne dicte à personne ce qui est bien ou pas bien. J’essaie parfois d’aller vers le décalé, je voudrais y aller encore plus avec des articles comme  » A contre courant… ». Mais ce n’est pas facile, honnêtement de plaire (puisque mon business, c’est le blog, je ne vous le cache pas) et d’être différente. Alors, modestement j’essaie juste d’être moi-même, et comme tout le monde, je me laisse gagner par les tendances actuelles.

  3. Elisabeth

    17 mai

    J’aime bcp je trouve ça assez nature, jolie, simple….Après je souhaite juste faire la remarque suivante, quand vous dites « je suis désormais rassurée, aujourd’hui, c’est devenu une activité branchée, synonyme de coolitude. »
    Ben sincèrement je trouve vraiment dommage d’être rassurée par ça. Dans le sens où si quelque chose vous plait à créer, pourquoi se fixer sur ce que la société pense? Pour moi en plus les termes branché ou coolitude, c’est superficiel. Il y a des millénaires, nos ancêtres ont créer des objets qui n’étaient pas soumis à ce type d’injonction ou de critères, on ne s’embarassait pas de détails, on créait, et on ne mettait pas de mot comme ça devant pour faire joli. Retour à l’authenticité, à la nature, faire ce qu’on aime, et pas se laisser happer par la société et cet effet de mode qui détermine ce qui est branché, girly (hieurk), kawai….j’avoue que j’ai tendance à fuir tout ces effets tendances, parce que j’ai horreur justement d’être catégorisé et limité dans quelque chose ou de ressembler à tout le monde. Alors plus un truc est répandu, plus cela devient superficialisé, et on ne devient plus qu’une pâle copie des autres. Car vous dites assumez et revendiquez, mais le fait d’être ensuite « rassurée » parce que cela devient « cool et branché », montre qu’en fait une partie de vous se laisse influencer par l’extérieur. Ces termes sont des illusions à mes yeux. Car cela ne doit pas décider du plaisir que l’on a….moi même j’adore la calligraphie, l’enluminure….Et peu importe si on me dit que ce n’est pas moderne (pour moi la modernité à un aspect froid qui nous autorise de moins en moins à être nous-même, et nous coupe de notre essence spirituelle), que c’est vieux, ancien…L’art, la créativité sont des choses qui ne devraient pas souffrir de la notion du temps….Car si on regarde bien, des tas de beaux métiers anciens disparaissent, parce que justement on se laisse avoir par cette envie de modernité, de « vivre avec son temps »…..Moi je m’en fiche de vivre ou non avec mon temps, je veux être heureuse, et si c’est aussi en se débarassant du poids de la société et du regard des autres qu’on atteint vraiment ce qu’on est réellement. Du coup, je me fiche totalement de tout ce qeu la plupart des femmes aiment, j’ai horreur des blogs types féminins qui ne sont que des copies des uns des autres, et où on aborde les mêmes sujets make-up/Fashion/tendance/Mecs/People etc…on dirait que toutes les femmes sont les mêmes, et sont intéressés par les mêmes choses, alors elles se copient les unes et les autres, suivent les mêmes tutos beauté sur youtube, sont « addicts »(= obsession et dépendance….c’est très glorieux, surtout que cela engraisse souvent des grosses industries) de maquillages chaussures, nail art…..Donc ne vous définissez pas en fonction de la masse (c’est pas un honneur bien au contraire, si c’est pour aimer les même musiques commerciales, non merci), mais en fonction de vous-même….En résumé, si quelque chose vous plait, faites le, et ne vous souciez pas du fait que cela soit ou non cool et branché.. C’est juste des mots inventés pour nous influencer dans nos choix (on dit souvent aux gens que telle chose est la grande tendance du moment, mais en réalité c’est les grosses industries qui décident pour nous, car en décrétant et en décidant à notre place, ils savent que toutes les femmes vont alors se jeter sur cette nouvelle tendance, et que ca leur fera du fric dans les poches, désolée mais c’est la vérité) Donc c’est une illusion pour nous manipuler….Alors, oui si quelque chose vous plait, ce qui importe c’est que cela soit en accord avec vous même…D’ailleurs pour moi la plupart des femmes qui suivent la masse (ou même les hommes qui aiment tous le foot, la bière, etc), ne se définissent plus que par leur identité féminine, et non plus au delà de ça….je suis sure que beaucoup de personnes ne se connaissent pas réellement car elles n’ont aps appris à regarder au delà de leur propre miroir et de ce qu’on leur imposait en matière de normalité, conventionnelle, mode etc….Si j’avais suivie la masse, je serais comme la plupart des femmes,et je n’aurais été écouter de la musique zen, spirtiuelle, classique, m’intéresser à l’art classique, l’astrologie, l’enluminure, la calligraphie, la spiritualité, l’herboristerie…peu importe comment cela me fait apparaitre aux yeux de la société, , la plupart des gens sur votre blog passent 2 min de leur vie à vous juger ou à décider si ce que vous faites est bien ou non, alors que vous êtes la plus apte à décider de ce que vous voulez pour vous même, ce qui vous rend heureuse, vous vivez 24h sur 24, 7 jours sur 7 avec vous même, un vrai cdi à vie…Alors ne vous en faites pas si quleque chose ne plait pas à quelqu’un, ou que ce que vous faites ne rentres pas forcément dans la catégorie cool ou branché, on a pas besoin de ça quand le coeur y est, c’set un peu comme l’amour, on ne décide pas de qui on va aimer 😉 Je le dis pour vous mais aussi pour les filles qui passent sur ce blog, faites ce que vous aimez, mais au delà des modèles imposés par la société, sachez prendre du recul, et vous demandez ce que vous aimeriez ou seriez vraiment si vous n’aviez pas tout le poids de la société, de ces modèles autour de vous…Qui sommes nous lorsque nous sommes notre propre individualité….

  4. christelle

    3 mai

    là, j’adhère pas !
    Pour moi, cela à tout d’une espèce du mi-tapis, mi-serpillère (à la « Père Noël est une ordure »), mi-dessus de lit au crochet de mamie…(les photos 9-10 et 12…)
    Si j’ajoute, le côté macramé année 1980…ramasse poussière… psss
    Impossible pour moi !

    Néanmoins, c’est pile poil dans la tendance, très folk et les photos sont très belles (quand même LOL)
    bon DIY !

    • Bertille

      3 mai

      ramasse-poussières…. c’est vrai…
      mais comme l’objet n’est pas trop grand, pas trop cher si fait de ses mains, quand il sera bien sale la mode sera passée et on pourra le remiser et garnir son mur avec autre chose sans regret.
      de jolis modèles pour ceux qui aiment.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM

@turbulencesdeco