Le style d’Hilary Robertson, ou et comment creer une ambiance shabby

Le style d'Hilary Robertson, ou et comment creer une ambiance shabby

Hilary Robertson, styliste et antiquaire, la liste de ses clients est aussi longue que prestigieuse : Canvas, Ochre, Elle Decoration, InsideOut, Vogue Living, and the Telegraph Magazine.
Elle a ouvert les portes de son appartements à Brooklyn au New-York Times et nous pénétrons dans un univers imprégné d’esprit XVIIIe siècle, de style gustavien qu’aujourd’hui, on englobe facilement sous le titre de « shabby ».

Mémo sur le style gustavien

Pour mémo, le style gustavien vient de Gustave III de Suède qui a entraîné un néologisme récemment remis au goût du jour pour définir un XVIIIe siècle dépouillé, éclairé par les froides lumières du Nord. Le style gustavien est une interprétation du style en vogue en France sous Louis XVI, mais sans les fastes, couleurs plus claires : blancs cassés, gris, pastel, bleu roi…, moins de dorures, moins de marqueteries. Aujourd’hui, nous avons gardé du XVIIIe siècle cette interprétation avec l’idée de l’usure, de la patine, des couleurs grisés, des blancs sales, des ambiance lunaires. A cela vient s’ajouter les influences des intérieurs flamands, du style georgien anglais. On parle aussi de « shabby« , qui littéralement veut dire « usé » ou « abîmé » et dont le style consiste à aménager des intérieurs très clairs ou plus foncés en tout cas en tonalité neutre, rehaussés de meubles anciens ou délibérément vieillis pour retrouver l’ambiance des maisons de famille.

Le style d'Hilary Robertson, ou et comment creer une ambiance shabby

Hilary Robertson et son mari Alastair McCowan sont britanniques, ce qui explique leur goût pour le style « shabby », en tout leur attirance pour les vieux objets, les antiquités, les ambiances feutrées et les moulures. D’ailleurs dans l’article qui leur est consacré dans le New-York Times, on en apprend beaucoup sur leurs déboires pour trouver un logement répondant à leurs goûts et à leur budget. Ils ont donc investi un appartement sur deux étages à Fort Greene, Brooklyn qu’ils ont entièrement redécoré depuis 6 ans avec des bouts de ficelles et mille astuces, car plus qu’une transformation de fond en comble, c’est un décor qu’ils ont créé. Je pense parfois que la décoration tient souvent du décor de théâtre, c’est une illusion, mais encore faut-il le sentir.

Le style d'Hilary Robertson, ou et comment creer une ambiance shabby

Le style d'Hilary Robertson, ou et comment creer une ambiance shabby

Objets chinés, objets transformés, objets acquis dans les grands magasins de New-York forment le mobilier cet intérieur qui a été habilement repeint avec des tons feutrés de gris, parme, rosé qu’on retrouve dans les tissus d’ameublement.

Le style d'Hilary Robertson, ou et comment creer une ambiance shabby

Hilary Robertson collectionne les vieux miroirs, les jolis objets anciens… et les chaussures.

Le style d'Hilary Robertson, ou et comment creer une ambiance shabbyLe style d'Hilary Robertson, ou et comment creer une ambiance shabby

Les découpes à la fenêtre étaient des objets d’affichage, elle les a acquis pour une modique somme à West Elm. Une idée simple à réaliser qui filtre joliment la lumière.

Le style d'Hilary Robertson, ou et comment creer une ambiance shabby

Chaises dégotées pour 50 $ au Salon des antiquaires de Brimfield. Elles ont été peintes avec de la peinture grise, patinées avec du cirage, quant au tissus, il a été agrafé de façon « sauvage ». Si vous aimez cette façon décontractée de traiter la réhabilitation de mobilier, je vous invite à relire cet article : Nightwood, un studio de design « upcycling » à New-York.

Le style d'Hilary Robertson, ou et comment creer une ambiance shabby

Le premier étage de l’appartement étant sombre, M. McCowan a choisi d’accentuer le phénomène en le peignant avec de la peinture à tableau noir.

Le style d'Hilary Robertson, ou et comment creer une ambiance shabby

Photo Trevor Trondo pour le New-York Times

Hilary Robertson maîtrise parfaitement l’art de la mise en scène, inspirée des tableaux de nature morte du XVIIe XVIIIe siècle. Elle collectionne plâtres, corail, coquillages, objets industriels, globes de verre et outils de toute sorte, qui forment rassembler un vrai cabinet de curiosité. Ce type d’objet et de mise en scène se marie bien au mobilier industriel du XXe siècle, sans doute à cause de leurs lignes simples et leur patine.

Côté styling

hilary-robertson-style_05.jpg
Hilary Robertson style

Hilary Robertson styleHilary Robertson style

Hilary Robertson style

s

Hilary Robertson style

Photographies de ses mises en scène, à voir absolument sur son site hilaryrobertson.com


SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM

@turbulencesdeco