Le style Kinfolk : Un art de vivre champêtre, folk

VT-Wonen

Au pays de l’art de vivre à la française, j’ai choisi de vous parler d’une tendance qui vient d’ailleurs et d’ici : le repas rustique, champêtre, folk. Cette tendance se caractérise par un retour aux choses essentielles : les produits simples, bons et sains, la cuisine maison et les grandes tablées qui évoquent les fêtes de village (d’une vie de campagne idéalisée).

Kara Rosenlund home

Table de Kara Rosenlund (Australie)

Essai de décryptage de la tendance Kinfolk

Ce phénomène ne semble avoir rien de nouveau pour nous. Nous sommes tellement habitués à trouver de bons produits fermiers dans nos marchés que nous oublions que le phénomène de la mal-bouffe et des scandales agro-alimentaires nous concernent également. Cette tendance venue d’ailleurs, notamment des Etats Unis prend ses sources dans le mode de vie Amishs (cette population ancrée dans le mode de vie du XVIIIe siècle produit « bio » au pays du burger et du Sunday) et dans l’art de vivre à la française ou italienne ou grecque (le bon vin, la cuisine maison, les produits du terroir qui donnent lieu à de nombreuses publications outre-atlantique).

Restaurant Höst - Copenhague

Nous n’avons pas l’apanage du bien manger : bons produits / bonne cuisine. On retrouve ce retour vers les choses essentielles partout dans  le monde, ce qui explique sans doute la réussite du magazine américain Kinfolk qui parle de cuisine et de style de vie, en valorisant la beauté et les choses simples.
Pas besoin de revenir sur la montée des produits « bio », le phénomène « locavore », la cuisine « c’est moi qui l’ait fait » avec son panel d’émissions TV, l’arrivée des « food truck » (camion restaurant), la tendance du Fooding, etc. pour comprendre que cette tendance prend de l’ampleur et n’a pas fini de nous concerner.

Restaurant Höst - CopenhagueRestaurant Höst - Copenhague

Restaurant Höst - CopenhagueRestaurant Höst - Copenhague
La rénovation brut et rustique par le cabinet d’architectes Norm d’une ancienne ferme,
transformée en restaurant Höst, à Copenhague.

Le phénomène du magazine KINFOLK

Le magazine Kinfolk a été créé par Nathan Williams et de sa compagne Catherine, fous de nature et de nourritures saines en Juillet 2011 et n’est parti de rien. Chaque saison, voit sa publication Kinfolk qui parle de cuisine à partir de produits de saison et d’un art de vivre simple, inspiré de la vie rustique et du folklore rural.

[ Je vous invite à relire cet article Kinfolk : un brunch en Orégon, sur la maison en bord de mer de Nathan et Catherine. ]

Les séries de photographies magnifiques expliquent son énorme succès, mais c’est l’organisation de rassemblements communautaires et d’ateliers de cuisine (qui ont lieu chaque mois dans le monde) qui lui ont donnés une renommée internationale. Ils ont également commencé à produire une série de courts-métrages et éditer un livre de cuisine. Cette renommée internationale a conduit la revue à être traduite en japonais, russe et coréen (mais pas en français). Le site où l’on peut souscrire à un abonnement en ligne a même un portail en japonais.

En France, Kinfolk reste donc confidentiel et j’espère qu’avec ce billet, il le sera moins.

Sunday Suppers Kinfolk

The Kinfolk Table

Kinfolk table Tokyo

Kinfolktable Charlottesvill

KinfolkTable Lisbon

KinfolkTable Lisbon

Kinfolktable - MadridKinfolk table Perth

Kinfolk table Sydney

Kinfolk table Sydney

* Cet article a été publié le 20 janvier 2014, mais le phénomène Kinfolk gagnant un peu plus de terrain en France, j’avais envie de le re-mettre en avant.


SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM

@turbulencesdeco