Une maison pensée comme un hangar à Buenos Aires

Eloisa Ballivian loft

L’artiste Eloisa Ballivian habite avec son mari photographe, Pato Battellini et ses enfants un endroit exceptionnel, baigné de la lumière naturelle des tropiques. Il faut habiter sous un climat doux pour apprécier de tel volume ou bénéficier d’une bonne isolation, ce qui n’est pas le cas dans cet incroyable maison. Nous sommes à Buenos Aires. En ce jour le plus froid de l’année, la journaliste dit qu’une bonne écharpe et un café bien chaud ne sont pas de refus.

Ce qui est le plus surprenant dans cet intérieur est qu’il ne s’agit pas d’un hangar transformé en loft. On pourrait le penser à première vue. Et non, pas du tout. Je me suis laissée avoir au tout début. Cette maison a été construite par les propriétaires autour des arbres centenaires de ce terrain, situé à quelques kilomètres de Buenos Aires. Elle a été pensée comme un hangar, à partir de matériaux peu coûteux (briques de ciment, bardage de pin, poutrelles métalliques…). Le postulat était de créer des zones d’intimité comme des boîtes, de laisser entrer la lumière et de créer des points focaux sur la nature comme des cadrages de cinéma.

L’autre chose qui est impressionnant, ce sont les grands volumes et les nombreuses ouvertures donnant sur la végétation. On imagine le bruit, les odeurs de la jungle environnante. Mieux que du papier peint, vous ne trouvez pas ? A condition d’aimer les petites bêtes, évidemment.

Eloisa Ballivian loft

Eloisa Ballivian loftEloisa Ballivian loft

apnea01
Eloisa-Ballivian-home_04
casate03

Les œuvres colorées d’Eloisa Ballivian ponctuent l’espace. On retrouve essentiellement du mobilier vintage et ce que j’aime bien, c’est la touche « rétro » avec l’utilisation de bois chaud, sans doute exotique qui rappelle les intérieurs modernistes des années 50.

Eloisa-Ballivian-home_09
Eloisa Ballivian loft
Eloisa Ballivian loft

Je vous l’accorde pour apprécier cet intérieur, il faut aimer l’aspect brut du béton. Longtemps délaissé, l’esprit brutaliste revient en force ces dernières années. Dans les pays pauvres (mais je ne veux pas généraliser), souvent chauds, le béton est la base de l’architecture et on ne prend souvent pas la peine de le masquer avec des revêtements faute de moyens, et par goût. Personnellement, j’aime assez ces ambiances. Cependant, je vous l’accorde, cela fonctionne, parce qu’il fait chaud presque toute l’année ! La chaleur vient d’ailleurs.

Eloisa Ballivian loft
Plant9
Eloisa Ballivian loft
Eloisa Ballivian loft
Eloisa Ballivian loft


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM

@turbulencesdeco