L’intérieur de Julia Chaplin, le style gypset

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

Julia Chaplin, c’est une fille à laquelle je m’identifie assez, en tout cas, elle m’inspire. Pourtant, je ne sais pas grand chose d’elle, mais son allure, son côté bohème et maintenant son intérieur me donnent envie de vous parler d’elle. Elle a l’air si relax avec ses cheveux faussement négligés, ses vêtements ethniques, mais derrière cette image « cool », elle mène sa barque comme elle l’entend dans un luxe certain.

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

Cette américaine trentenaire a un métier de rêve pour ceux qui aiment voyager, elle est journaliste et collabore pour le Vogue US ou le New York Times. Elle est payée pour parcourir le monde et en rapporter mille et un récits et souvenirs. C’est ainsi qu’elle a répertorié les plus beaux spots du monde, souvent inconnus du grand public, mais fréquentés par de beautifull people : artistes, surfeurs, professionnels de la mode ou gosses de riches. L’idée pour cette tribu de jet setters est de poser ses valises partout dans le monde (plutôt en bord de mer) où vous n’êtes pas, de cultiver un art de vie bohème, simple mais ultra-chic. Le luxe n’est pas d’être dans un hôtel 5 étoiles, mais le fait d’être là à ne rien faire dans un endroit paradisiaque, loin de tout, dans un confort simple parfois, mais toujours très chic.

Elle a mis un mot sur ce mode de vie hippy/branché à la philosophie de vie bohème : GYPSET, contraction de JET SET et GYPSY et en a écrit trois livres.

gypset-books-trilogie

Je ne pense pas qu’il faille être riche pour profiter de la beauté nature et pas besoin d’aller loin [la France regorge de magnifiques endroits] pour s’épanouir. C’est une philosophie que je mène depuis longtemps traînant une bouteille de champ (moins cher qu’un billet d’avion) sur une plage de Bretagne face au coucher de soleil avec quelques proches. Vous ne serez pas envahi de tourisme… bref c’est magique !

gypset-style_1

gypset-style_2

En 2009, Julia Chaplin fait paraître son premier livre sur ce thème, Gypset Style qui fera beaucoup parlé. Elle y compile articles sur la mode, inspirations (tissus, motifs, couleurs), rencontres avec des créateurs du genre, artistes et surfeurs ! Suivront deux autres livre Gypset Travel et l’année dernière, est sorti Gypset Living (édités par Assouline).

Si cela vous inspire, je vous invite à lire l’article sur le Figaro Madame, Manuel de parfaite gypset girl. Vous y trouverez des adresses (hors de prix), mais il y a également moyen de se procurer des objets ethniques de façon plus économiques, j’en ferai certainement un billet bientôt.

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

Lorsque vous voyagez beaucoup, vous voulez que la maison soit un endroit qui soit relaxant et reposant, où vous pouvez faire sens de tout ce que vous avez vu. Ce est difficile de se détendre si ton œil est appelée à penser trop souvent.

Sa maison à Brooklyn est son sanctuaire, là où elle aime poser ses valises entre deux voyages. La décoration y est classiquement blanche, propre et contemporaine, ce qui fait le décor, ce sont les meubles et les objets. Là encore, la compilation est faussement simple, mais très réussie : mobilier vintage des années 70 patiemment chinés, textiles rapportés des quatre coin du monde (forcément) et des souvenirs. On retrouve au dessus du lit un macramé (voir Faut-il succomber à la tendance du macramé en déco ? et la Moderne macramé : sélection de créateurs), des robinets plaqués or dans la salle de bain, pile dans le sujet de mon article de lundi Mettre de l’or dans sa décoration et de beaux tapis ethniques, car l’idée de cette gypsetteuse est de vivre près du sol comme dans une tente berbère.

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings laneJulia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

Julia Chaplin Brooklyn home via One kings lane

onekingslane.com – Photo : Lesley Unruh


  1. Alex Costantinos

    5 décembre

    C’est exactement la femme que je cherche parce qu’Ikéa j’en peux plus

  2. ZARAGOZA jacqueline

    6 octobre

    ce sont de très belles idées pour son chez soi, merci de nous le faire partager.

  3. Parquet

    13 avril

    C’est justement ce que j’aime :p

  4. En fait, c’est ça le côté gypset « fausse décontraction ». En tout cas, je crois qu’on l’a perçu de la même façon !

  5. C’est amusant, je trouve que la salle de bains, ultra chic avec son marbre et ses robinets en or, est en totale contradiction avec le reste, mais il y a plein de jolies choses un peu partout, comme ces tissages au dessus des lits …

  6. Mureil

    28 mars

    Oula j’ai un peut de gypset dans ma deco
    Dans mon salon jai un peut le même style de miroir que le sien. Pose au sol pareil.
    Le mien vient d’une vente aux encheres, ils liquidaient du mobilier d’une maison de chanoinesses. Mon miroir était au dessus d’une cheminee vu la taille du miroir,la pièce devait être haute.
    Au départ javais craque pour une vitrine qui etait la partie haute d’un meuble de SAM mais qu’ils vendaient en 2 morceaux car trop important pour nos intérieurs contemporains.

    • Ça doit faire sympa ! J’aime bien le principe des miroirs posés au sol.

  7. … peut-être qu’il lui manque un Georges, en fait ? ☺

  8. Une vie de rêve, un job de rêve et une maison de rêve!! What else 🙂

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM

@turbulencesdeco